Office de Tourisme de Compiègne et sa Région
Office de Tourisme de Compiègne et sa Région
Office de Tourisme de Compiègne et sa Région

Compiègne


                                                                                               

Compiègne

Entre Oise et forêt, Compiègne ville royale puis impériale fut le théâtre d’événements majeurs de l’histoire de France. La ville offre à ses habitants et aux touristes de magnifiques possibilités de détente et de culture. Voyage dans l’histoire ou voyage récréatif, Compiègne et sa région vous invitent à passer d’agréables moments en famille ou entre amis.



L'Hôtel de Ville

Joyau de l'art gothique finissant, l'Hôtel de Ville fut construit de 1498 à 1530 et restauré à la fin du XIXè siècle. La statue équestre de Louis XII orne sa façade. Au sommet du beffroi qui renferme la "Bancloque", l'une des plus anciennes cloches communales de France, les 3 Picantins (Langlois, Lansquenet et Flandrin) rythment les heures de leurs maillets





Palais de Compiègne (Musées nationaux)

Demeure conçue par Louis XV, Compiègne devient l'une des plus importantes résidences royales de la cour pendant l'été et l'automne. Napoléon Ier y ajoute un décor éblouissant et Napoléon III en fait un lieu privilégié où il rassemble une partie de la société française et européenne de l'époque. Salles somptueuses et galeries d'apparat permettent de découvrir la vie privée des souverains et leurs amours, de Napoléon Ier et Marie-Louise, à Napoléon III et l'élégante Eugénie.

Au sein du Palais, découvrez :
- les appartements de l'Empereur et de l'Impératrice, richement décorés et meublés, restés tels que les ont désirés Napoléon Ier ou Napoléon III.
- le musée du Second empire, collection d'une suprenante richesse, reflet émouvant d'une époque qui a modernisé la France, notamment dans le domaine des arts.
- le musée de la Voiture, qui vous entraîne dans l'histoire fascinante de la locomotion, grâce à l'un des plus beaux ensembles de carosses et berlines du XVIIIe jusqu'aux débuts de l'aventure automobile.

Théatre Impérial

Un écrin acousitque unique au monde : opéra, concerts, danse, théâtre musical. Ce joyau architectural, dont la construction débuta en 1867 à la demande de Naopléon III afin de divertir la cour qui l'accompagnait pendant ses séjours à Compiègne, fut inauguré, après un long sommeil, en 1991. Exceptionnel par son volume, le Théâtre Impérial l'est également par ses qualités acoustiques.  




Musée de la Figurine Historique

Ce musée original réunit plus de 100.000 figurines militaires ou civiles regroupées en scènes vivantes.







Musée Antoine Vivenel

Situé dans l'ancien Hôtel de Songeons, il abrite de magnifiques collections d'art et d'archéologie dont un exceptionnel ensemble de vases grecs antiques.






Musée du Cloître et Bibiothèque Saint-Corneille

Fondée au IXè siècle par l’empereur Charles le Chauve, l'abbaye Saint-Corneille fut au coeur de l’histoire de Compiègne jusqu’à la Révolution. Récemment restauré, le cloître de l’abbaye est en partie intégré à la bibiothèque Saint-Corneille. Le Musée du Cloître Saint-Corneille, situé dans les autres galeries, présente un superbe ensemble de sculptures religieuses d’époques médiévale et Renaissance issues des collections du Musée Antoine Vivenel de Compiègne.


Mémorial de l'Internement et de la Déportation - Camp de Royallieu

Casernement bâti en 1913 en faveur du 54e Régiment d'infanterie, le camp de Royallieu devient pendant la Seconde Guerre mondiale, le Frontstalag 122, principal camp d'internement allemand des 45.000 malheureux de toute origine voués à la déportation par la dictature nazie. Non loin du monument créé par le sculpteur Muguet, trois bâtiments de l'ancien camp accueillent, depuis février 2008, le mémorial qui témoigne, grâce aux nouvelles technologies audiovisuelles, de l'une des pires tragédies du XXème siècle.




Mémorial du Wagon de la Déportation

Le Mémorial du Wagon de la Déportation, implanté en gare de Compiègne-Margny-lès-Compiègne, retrace la Déportation par le transport ferroviaire et se veut le garant de la mémoire des 45.000 prisonniers, déportés vers les "camps de la Mort" à partir de ce point, entre 1942 et 1944, lors de la dernière Guerre Mondiale. Complémentaire du Camp de transit "Royallieu" de Compiègne (n°17), il permet de mieux appréhender le chemin que faisaient les prisonniers à pied sous la garde des soldats nazis ainsi que leurs conditions de vie pendant le transfert en train. Deux wagons ont été restaurés à l’identique, dans le plus grand respect de la vérité historique, des silhouettes et différentes vidéos avec témoignages d’anciens déportés sont visibles sur place.

La Clairière de l'Armistice

Clairière de l'ArmisticeLe 11 novembre 1918, l'armistice mettant fin à la première Guerre mondiale y fut signé. Le musée présente un wagon identique à celui utilisé ce jour-là ainsi que de nombreux souvenirs historiques des deux guerres (plus de 800 photos stéréoscopiques de 1914-18 sont visibles.)





Eglise Saint-Antoine

Construite du XIIIè au XVIè siècle, elle possède une superbe façade gothique flamboyant ornée d'une rose et de balustrades ajourées, le chœur est de la même époque.






Eglise Saint-Jacques (XIIIe - XVIIIe siècle)

Jeanne d'Arc vint y prier en 1430 le matin de sa capture. Paroisse royale enrichie des dons de Louis XV, elle s'orne alors de boiseries sculptées, de marbres et de stucs (un trésor de reliques y est exposé).






Hôtel-Dieu Saint-Nicolas

Bâti au XIIIè siècle sous Saint-Louis, il renferme une chapelle du XVIIè siècle au magnifique retable baroque de bois sculpté.






Eglise Saint-Pierre-des-Minimes

La plus ancienne église de Compiègne (XIIe siècle) offre aujourd'hui, derrière son portail roman, un bel espace d'expositions d'art et de concerts.









Parc du Palais de Compiègne (Domaine national)

Au détour d'allées bordées d'arbres centenaires et de sculptures à l'antique, humez les senteurs d'un jardin à l'anglaise au charme romantique. Créé sous Napoléon Ier, le parc offre une riche floraison printanière, un jardin des roses et de poétiques promenades automnales. La spectaculaire perspective de quatre kilomètres, dite allée des Beaux-Monts, constitue un point de départ pour des randonnées à travers l'une des plus belles forêts de France. Un salon de thé vous accueille à la belle saison, au coeur du jardin des roses, pour une pause gourmande.


Parc Songeons

Il abrite quelques arcades du cloître de l'ancien couvent des Jacobins, un jardin des senteurs et une belle vue sur l'Oise.






Les remparts

Promenade aménagée en jardin qui permet de découvrir une partie du rempart protégeant Compiègne du XIIè au XVIIè siècle.







Pont Saint-Louis

Vestiges du pont médiéval supposé rebâti en pierre par saint Louis au XIIIe siècle. Il était défendu côté ville par une porte imposante, rasée en 1811 seulement, et côté Petit-Margny par un ouvrage fortifié devant lequel Jeanne d'Arc tomba aux mains des Bourguignons le 24 mai 1430. Ce pont séculaire devait disparaître en 1735 après la construction d'un ouvrage neuf sur ordre de Louis XV.





Les Grandes Ecuries

Les Grandes Ecuries royales furent construites sous Louis XV, en 1738 par Gabriel, pour les chevaux royaux et impériaux. Le Haras national s'y installa en 1876 jusqu'en 2016. Actuellement fermées au public, les Grandes Ecuries font l'objet d'un projet d'ouverture avec l'installation des collections du musée de la Voiture. Une réflexion est par ailleurs menée, en partenariat avec une association, pour maintenir des animations en lien avec le monde du cheval.


Grosse Tour du Roi

Ruine du donjon royal du XIIè siècle.







La Vieille Cassine

Cette maison à pans de bois du XVè siècle, fut habitée par les Maîtres du Pont qui commandaient au XVIIIè siècle le trafic sur la rivière.







Le grenier à sel

Le portail à fronton et bossages fut dessiné par l'architecte Claude Nicolas Ledoux en 1784.