Office de Tourisme de Compiègne et sa Région
Office de Tourisme de Compiègne et sa Région
Office de Tourisme de Compiègne et sa Région

Histoire de l'Office de Tourisme


ZoomRapport d'activité 5 juin 1907

C’est le mercredi 5 juin 1907, dans la grande salle de l’Hôtel de Ville, que se tint l’Assemblée Générale constitutive du Syndicat d’Initiative du Centre de Tourisme de Compiègne. Notre Ville avait été choisie par l’Automobile Club de France afin de mieux faire connaître notre région et développer le goût des voyages.

Monsieur DECELLE, imprimeur Compiégnois, éditeur de cartes postales et délégué de l’Automobile Club de l’Oise, fut élu Président lors du Conseil d’Administration du 15 juin 1907.

Au mois de février 1908 le 21, à la demande du Maire de Compiègne d’alors Monsieur FOURNIER-SARLOVEZE, le Conseil d’Administration du Centre de Tourisme accepta la fonction de «bureau de renseignements» lors des manifestations, fêtes locales et concours, en plus de sa fonction première de Syndicat d’Initiative.

C’est ainsi que pendant 100 ans, des femmes et des hommes bénévoles, aidés au fil du temps par des professionnels du tourisme, ont tenu une «véritable permanence où les étrangers comme les habitants de le Ville et de ses environs, sont certains de trouver toutes les informations nécessaires à la visite de Compiègne, de sa région et de participer à toutes les manifestations».

Source : M. Bernard HUTIN, Ancien Président

Une petite histoire du tourisme

Selon le dictionnaire Robert, le mot anglais tourism - venu du Français tour - apparaît sous la forme tourisme en 1841 alors que le mot touriste, lui aussi venu de l’anglais, apparaît dès 1816. Selon ce même dictionnaire :
"Le tourisme c’est parcourir pour son plaisir un lieu autre que celui où l’on vit habituellement (même s’il s’agit d’un petit déplacement ou si le but du voyage est tout autre)".


Le "Tourisme Royal"

On pourrait dire que Compiègne est né du tourisme royal puisque la maison de chasse des fils de Clovis est devenue rapidement lieu de pouvoir. Cependant la ville ne se forme qu’autour de la collégiale Sainte-Marie - plus connue sous le nom de Saint-Corneille - et de ses reliques qui attirent les pèlerins.

Compiègne vit de ce "tourisme royal", où la chasse et les divers "Plaisirs du Roi" se mêlent aux intérêts politiques ou militaires. Pour les périodes plus récentes, on peut évoquer l’attachement de Louis XV qui reconstruisit le château, lança un nouveau pont et imposa sa marque à la ville, reliée à la forêt par ses avenues. Sa population doublait presque lors de ses séjours... Pendant longtemps Compiègne ne sentit pas le besoin de syndicat d’initiatives, la présence périodique du souverain suffisait à attirer la foule des serviteurs et des curieux.

Notre patrimoine

Au milieu du XIXe siècle, Compiègne représentait pour beaucoup, tel Eugène Pelletan en 1850, « la ville la plus française » ; et le musée nouvellement fondé par Antoine Vivenel en était un fleuron culturel.

Les trains de plaisir suivirent de peu l’établissement de la gare en 1847 et le chemin de fer fournit désormais et, pour un siècle, l’essentiel des visiteurs. Le tourisme par service de bateau sur l’Oise et l’Aisne ne joua qu’un rôle marginal, et l’aérodrome de Corbeaulieu puis de Remy n’attira guère, à partir de 1912, que des initiés ou quelques curieux. La route va reprendre le dessus au tournant du XXème siècle, les relais de poste vont être remplacés par des garages et le cheval est désormais réservé au sport, à la chasse et à la promenade.

Fournier-Sarlovèze, le maire de l'époque, exalte le souvenir de Jeanne d’Arc par ses fêtes prestigieuses entre 1909 et 1935, puis lance la fête du Muguet à partir de 1921. Le tourisme des champs de bataille et surtout l’aménagement en 1921 de la clairière de l’Armistice, va relayer une économie résidentielle aristocratique de plus en plus défaillante. La Seconde Guerre mondiale y ajoute, en 2008, le Mémorial de l’internement et de la déportation. Le Palais en lisière de forêt, est demeuré jusqu’à nos jours le pivot du tourisme compiégnois. L' "Année gothique en Picardie" en 1975, fut l’occasion de restaurer le cloître Saint-Corneille, cœur historique de la ville auprès duquel s’était installée la bibliothèque municipale, restauration reprise en 2007 avec un complet réaménagement de cette bibliothèque.


Compiègne il y a 100 ans




Rue Solférino




Etangs Saint-Pierre



Les Présidents

1907 - 1911 :Monsieur DECELLE
1911 - 1914 :Monsieur SONNIER 
1921 - 1929 :Monsieur BOYRON
1929 - 1939 :Monsieur ALGIER 
1939 - 1960 Monsieur HUTIN
1960 - 1966 :Monsieur DUMONT
1966 - 1991 :Docteur WOIMANT
1991 - 1995 :Monsieur LEBORGNE
1995 - 2000 Monsieur RUBY
2000 - 2009 :Monsieur HUTIN 
2009 - 2016 : Monsieur LETESSE
2016 -     :  Monsieur HARLE D'OPHOVE

Affiche Syndicat d'Initiative